LE CLUB DES ARCHITECTES

Espace d'échange d'idées et d'information... pour l'amélioration de la profession d'architecte et son épanouissement au Maroc, dans le Maghreb, la mediterranée, l'afrique et le monde arab. Il est dédié aux confrères qui s'interessés aux débats du conseil national. UN CLUB VIRTUEL POUR DES QUESTIONS REELLES (Les comentaires n'expriment que l'avis de leurs auteurs)

Ma photo
Nom :
Lieu : FES, Morocco

Un architecte specialisé en planification Chef de projet ADER (MCC-MAROC) Ex-Secretaire général adjoint de l'ordre national des architectes membre architectes d'urgence

dimanche, juin 01, 2014

Projet de réhabilitation de la place Lalla Yeddouna à Fès

dimanche, février 02, 2014

Place Lalla Yeddouna, Fès / Michel Mossessian

lundi, juin 20, 2011

Concours international de PLY


Depuis deux décennies la médina de Fès, située au Maroc, constitue un site reconnu par l'UNESCO comme patrimoine mondial. Le concours international d’architecture pour un projet de renouvellement urbain du quartier Place Lalla Yeddouna a été lancé en aout 2010 et achevé mars 2011. Le premier prix a été attribué au cabinet Britannique « Mossessian & Partners », en collaboration avec le cabinet Marocain « Yassir Khalil Studio ». Le projet permettra d'élaborer sur environ 7400 un programme de développement de l’artisanat Marocain dans le cadre d’une architecture de qualité alliant la sauvegarde, la réhabilitation et la restauration adéquate du site au rythme nouveau d’une architecture contemporaine intégrée et intégrant les nouvelles solutions technologiques, environnementales et écologiques.

Hassan Siraj

Project Manager

Concours International

samedi, septembre 11, 2010

AID MOBARAK

mardi, septembre 15, 2009

Centre des artisanats de Cotonou, au Bénin.


Visite du centre des artisanats du Bénin dans la ville de Cotonou. Un petit détour pour de grands souvenirs. L’occasion pour acheter des souvenir, notamment un "Djembé" de production locale. C’est un instrument de percussion africain dont le spectre sonore très large génère une grande richesse de tonalité. Il est composé d'un fût de bois en forme de calice sur lequel est montée une peau de chèvre ou d'antilope à l'aide d'un système de tension, originellement des chevilles en bois ou des cordes en peaux. La forme évasée du fût viendrait de celle du mortier à broyer le grain. On en joue à mains nues.
La popularité du djembé en Occident a provoqué sa fabrication à grande échelle. Ceci menace les populations de l'arbre à partir duquel il est sculpté. Selon Wikipédia, au rythme actuel d'exploitation de ce type d’arbre nommé Cordyla pinata, cet essence, connue localement sous les noms de dimb ou dougoura, disparaîtra du Sénégal d'ici une génération.

dimanche, septembre 13, 2009

Une semaine à Cotonou, Bénin


Le mot "Cotonou" signifie "embouchure du fleuve de la mort" en fon-gbe.
Cotonou est la capitale économique du Bénin. C’est la plus grande ville du Bénin. Elle abrite aussi des services gouvernementaux et diplomatiques.
Connue dans toute l'Afrique de l'ouest pour son marché de 20 hectares (Dantokpa), ses Zémidjans (motos-taxis) et sa pollution (due à l'utilisation d'essence frelatée, le kpayo), Cotonou est une ville vivante en pleine effervescence, bien loin de l'image caricaturale d'une Afrique figée dans la ruralité.

mercredi, janvier 28, 2009

MAISON DE L'ARCHITECTE 4ème Prix du Concours




MAISON DE L'ARCHITECTE 3ème Prix du Concours







MAISON DE L'ARCHITECTE 2ème Prix







MAISON DE L'ARCHITECTE 1er Prix du Concours

Le projet « MAISON DE L’ARCHITECTE » se doit par sa volumétrie refléter un symbole qui fera l’unanimité des architectes et qui s’affirmera dans la compétitivité au niveau de la créativité, de l’innovation et de l’intelligence.
Ce bâtiment devra rendre visible la créativité que connaissent les architectes marocains. Il devra également participer à la redynamisation et à la plus-value territoriale au niveau local, national et international.
La maison de l’architecte se doit donc d’être plus qu’un projet architectural novateur. Il sera un projet sociétal qui englobera art, technologie, média, dynamique économique, pour en faire l’expression des profondes tendances sociétales de notre époque sans perdre de vue notre passé et notre culture.
L’architecture de ce bâtiment devra être simple intégrant la technologie de son époque ; elle sera le reflet d’une société dynamique, effervescente et en perpétuelle innovation.
Ce bâtiment contemporain exprimera l’identité nationale marocaine et reflétera la richesse de notre bagage culturel et de notre ouverture sur le monde à l’aube de la mondialisation.
Pour répondre à ces critères, nous avons opter de concevoir « la maison de l’architecte » sur deux niveaux.
- Un rez-de-jardin intégrant la quasi totalité du programme.
- Un rez-de-chaussée ne laissant apparaître qu’un ‘‘Cube’’ bâtiment de 11m d’arrête qui abrite le hall d’accueil et un espace exposition.
Ce Cube constitue un signal urbain dynamique et interactif, c’est un symbole de l’architecture du XXI siècle.
Grâce à sa « peau électronique », le Cube est capable de changer d’apparence en temps réel. Il peut modifier son allure architecturale, afficher des motifs graphiques abstraits ou figuratifs, manifester fortement sa présence ou bien se fondre dans le paysage urbain en se rendant presque totalement invisible.
Cette « peau électronique » est alimentée par l’énergie solaire et pilotée par les citoyens grâce au site Internet, crée pour cette occasion.
Ce Cube offrira, pour la première fois aux citoyens un sentiment de maîtrise, de dialogue et de réappropriation de l’architecture.
De ce fait, La maison de l’architecte deviendra un bâtiment «affectif » qui manifeste de l’empathie à l’égard des humeurs et des sentiments des citadins.
Les images affichées sur le Cube doivent faire l’objet d’une pré-programmation par une direction artistique qui réorientera le dynamisme par des événementiels qui donneront le ton à la ville de TAMESNA.

L’extension de l’espace exposition se situe sur une esplanade qui a une vue panoramique sur le rez-de-jardin et sur le Cube et qui permettra d’apprécier toutes les composantes du projet.
Cette esplanade que nous avons nommée « dalle imprimée », en référence à la ‘‘carte imprimée ou circuit intégré’’, sera revêtue par endroit par des pavés de verre laissant le soleil alimenter les cellules photovoltaïques.
Le cachet traditionnel est assuré par des motifs représentés sur la dalle inspirée de l’architecture andalouse et reprenant une calligraphie arabe mentionnant « DAR AL MOUHANDISSE AL MIIMARI » qui est la traduction arabe de « LA MAISON DE L’ARCHITECTE ».
L’esplanade servira aussi d’espace pour les grandes manifestations. Elle est en même temps l’extension verticale du centre de conférence puisqu’elle le couvre.
Tout autour de cette esplanade on trouve l’élément aquatique qui forme paroi autour du centre de conférence, là aussi, les lamelles des LED (Lighting Emitting Diodes) joueront un rôle thématique en art et en architecture.
Au rez-de-jardin, entre le centre de conférence situé sous l’esplanade et en retrait de 4m par rapport aux limites latérales de la parcelle, vient s’insérer le reste du programme en deux ailes, une administrative et une autre culturelle. Ces ailes sont dotées de parois entièrement vitrées mettant ainsi en exergue le végétal et l’aquatique avec une transparence totale.
L’accès principal au projet se fait par un pont enjambant un bassin où flotte le Cube et aboutissant directement vers un hall qui représentera la rotule et la plaque tournante de tout le projet.
A partir du hall, soit on prend les escaliers ou l’ascenseur pour descendre vers le rez-de-jardin où se trouve l’ensemble des espaces du programme, soit on accède directement sur la grande esplanade, lieu de rencontre, d’exposition, de spectacle etc, sinon on monte à l’espace d’exposition qui représente un musée virtuel de l’architecture, cet espace doté de la vidéo-projection pour une immersion totale des visiteurs dans un bain sensoriel exposant les différentes thématiques architecturales
Deux autres accès se font par des ponts suspendus, ayant points d’appuis sur l’esplanade et d’où on peut admirer le rez-de-jardin avec ses bassins d’eau, les jardins, les lumières qui se conjuguent avec harmonie.
A partir de l’esplanade, deux escaliers à l’air libre mènent directement au centre de conférence et au rez-de-jardin.
Le projet sera antisismique grâce à la trame régulière des poteaux ainsi que les joints de rupture entre les différents éléments du projet.
Le Cube sera soulevé sur pilotis pour lui conférer une impression de flottement, d’autant plus qu’il baigne dans un bassin.
A partir de 2m50 de hauteur entièrement vitrée, une paroi opaque en structure légère avec tous les éléments techniques nécessaires (étanchéité, isolation etc.) et électronique (LED) et verre agrafé viendra ceinturer le Cube en léger décalage.
Un éclairage zénithal indirect est prévu en terrasse du Cube pour apprivoiser la lumière et la guider vers les éléments d’art à exposer.
Les autres bâtiments du programme seront en structure béton armé avec poteaux, voiles, poutres et dalles pleines.
Toutes les terrasses seront plantées à l’exception de celle du Cube et de l’esplanade.
Le projet se veut comme une expérience en matière de la démarche HQE (Haute Qualité Environnementale) et d’architecture écologique. Cette vision se déploie sur différents registres :
Registre de l’intégration du projet au site :
Ce volet a été assuré par le concept de « construire en vert » car le fait de libérer le site et de créer une grande masse verte permet au bâtiment de donner, à la ville et au quartier, un espace de respiration et de promenade pour les citoyens.
Registre d’optimisation de la consommation d’énergie :
Afin d’alléger les factures d’électricité et promouvoir une autonomie énergétique du bâtiment, ce volet a été assuré par :
· La production autonome d’électricité grâce à des cellules photovoltaïques intégrées dans les panneaux pixels des façades et sur l’esplanade.
· l’utilisation de LED et de ballast intelligent qui permettent de personnaliser la consommation et d’adapter les flux en fonction des besoins.
Registre de diminution des gaz à effet de serres :
Ce volet a été assuré par le choix judicieux de la ventilation naturelle et le renouvellement naturel d’air à l’intérieur des espaces, ce qui permet d’optimiser la climatisation, de diminuer l’émission des gaz à effet de serres, la consommation d’énergie et de participer à la protection de la planète.
Par son interactivité et son dynamisme, le projet représentera un emblème de l’architecture 4D. Car au-delà des 3 dimensions (x, y, z) classique en architecture, la dimension temps et fondamentale dans l’architecture de demain. Avec le changement d’aspect d’ambiance dans le temps on a l’impression d’avoir plusieurs bâtiments dans un seul endroit. Chaque jour, chaque heure, chaque minute, on assiste à une nouvelle allure, une nouvelle ambiance et un nouveau bâtiment.